Mondadori Store

Trova Mondadori Store

Benvenuto
Accedi o registrati

lista preferiti

Per utilizzare la funzione prodotti desiderati devi accedere o registrarti

Vai al carrello
 prodotti nel carrello

Totale  articoli

0,00 € IVA Inclusa

Avant que de poursuivre, il nous paraît essentiel de mettre nos lecteurs au fait. Les moins clair-voyans ont déjà présumé sans doute que le vol de l'infortunée Justine était bien certainement l'ouvrage de la Desroches ; mais ce dont ils ne sont peut-être pas convaincus, c'est de la part étonnante qu'avait Dubourg à cette scandaleuse affaire. C'était par les conseils de ce scélérat que la Desroches avait opéré : elle est à nous infailliblement, si nous lui enlevons toutes ses ressources, avait-il dit cruellement ; or, ce que je veux, c'est qu'elle soit à nous : donc il faut la réduire à l'aumône ; et, tel dur que put être ce calcul, il était néanmoins infaillible. Dans le dîner que Dubourg avait fait avec la Delmonse, il lui avait avoué cette petite horreur : la tête de celle-ci, fertile en tours de cette espèce, s'en était vivement allumée. Le résultat de la conspiration était que la Delmonse ferait l'impossible pour placer Justine chez elle pendant les trois mois que son mari devait encore être à la campagne ; que pendant cet intervalle, Dubourg essayerait de nouvelles tentatives, favorisées par Delmonse ; et qu'enfin, si rien ne réussissait, on en tirerait une vengeance éclatante, afin, disait Dubourg, que la vertu se trouve, dans cette aventure, aussi molestée, aussi dégradée qu'elle doit toujours l'être, chaque fois qu'elle ose combattre le vice à visage découvert. Ce joli complot décidé, le millionnaire, ainsi que nous l'avons dit, le signa de son foutre au fond du beau cul de la Delmonse ; et dès le lendemain, cette aimable amie travailla sans relâche à la réussite du projet. Assez méchante pour avoir pris grand plaisir à l'idée de perdre la malheureuse Justine, elle ne manqua pas de revenir le lendemain déjeuner chez Desroches. Vous m'intéressâtes hier, mon enfant, dit l'hypocrite Delmonse à Justine, qu'on ne manqua pas de faire descendre ; je ne croyais pas que l'on put porter aussi loin la sagesse ; en vérité, vous êtes un ange arrivé tout exprès du ciel pour la conversion des humains ; je ne me suis, jusqu'à ce moment-ci, offerte à vos regards que comme une libertine : mais, je dois en convenir, à vous seule est dû le changement subit qui vient de s'opérer dans moi ; et c'est sur votre sein que je le jure, mon aimable modèle, vous ne me verrez plus que repentante et vertueuse. O Justine ! ô toi, qui deviens si nécessaire à ma conversion ! Voudrais-tu consentir à venir partager ma retraite ; je t'aurais sous mes yeux ; et les grands exemples que je recevrai sans cesse de toi, perfectionneront bientôt l'ouvrage de la réflexion. Hélas ! madame, répondit Justine, je ne suis pas faite pour donner des exemples ; et si votre conversion est réelle, c'est à l'Etre-Suprême que vous la devez, et non pas à moi ; faible et fragile créature, je suis bien loin de ce qu'il faut pour devenir un modèle ; et c'est vous, madame, vous qui m'en servirez, si vous écoutez jusqu'au bout la voix du ciel qui tonne dans votre ame. Je vous remercie de l'asile que vous m'offrez ; tant que je pourrai vous être utile, madame, sans contrarier mes principes, ordonnez, je suis à vos ordres ; et ma reconnaissance et mes faibles services acquitteront, s'il se peut, vos bienfaits. La Desroches, prévenue par Delmonse, eut assez de sang-froid pour ne pas éclater à cette comédie ; elle félicita Justine de son bonheur : ce que devait la jeune personne est aussi-tôt acquitté, et l'on part.

Madame Delmonse occupait une maison délicieuse : des valets, du train, des chevaux, les meubles les plus riches, apprirent bientôt à Justine qu'elle était chez une des femmes les plus opulentes de Paris.

Par reconnaissance pour de plus anciens domestiques, dit la Delmonse, dès qu'elle tint Justine, il ne m'est pas possible de vous élever sur-le-champ aux premiers emplois de ma maison ; mais vous y parviendrez, mon ange ; et, quelque subalterne que soit, en attendant, celui que je vous donne, croyez que je n'en aurai pas moins de considération pour vous. Je

Dettagli

Generi Non definito

Editore En Hollande

Formato Ebook con Adobe DRM

Pubblicato 03/05/2019

Lingua Francese

EAN-13 1230003214688

0 recensioni dei lettori  media voto 0  su  5

Scrivi una recensione per "Justine et Juliette"

Justine et Juliette
 

Accedi o Registrati  per aggiungere una recensione

usa questo box per dare una valutazione all'articolo: leggi le linee guida
torna su Torna in cima