Mondadori Store

Trova Mondadori Store

Benvenuto
Accedi o registrati

lista preferiti

Per utilizzare la funzione prodotti desiderati devi accedere o registrarti

Vai al carrello
 prodotti nel carrello

Totale  articoli

0,00 € IVA Inclusa

La Chine en folie

Albert Londres
pubblicato da GILBERT TEROL

Prezzo online:
4,25

HISTOIRE QUI PEUT SERVIR
DE PROLOGUE

Jean-Pierre d'Aigues-Mortes n'avait pas de profession : il était envoyé spécial de journaux. Depuis des années il arpentait la terre d'un point cardinal à un autre. Aussi, pouvait-il jurer que la géographie se trompe en n'avouant que quatre points cardinaux. Certainement il y en a davantage

Jean-Pierre était devenu ce qu'il était sans préméditation. Un jour on l'avait fait appeler dans un bureau. Là, un monsieur portant généralement le titre de rédacteur en chef et la rosette d'officier de la Légion d'honneur, et qui avait obtenu de l'administration quelque maigre crédit, pour donner « un peu plus de vie au journal », lui avait dit : « Bonjour ! Avez-vous une valise ? Oui ? Allez donc voir à Constantinople ce qui se passe. » Il partit. Il tourna trois mois dans les Balkans, puis il revint.

Le rédacteur en chef, qui avait été félicité pour l'idée, regarda le voyageur avec des yeux étonnés et lui dit : « Que faites-vous là ? Il faut repartir. » Il repartit.

Quand il eut couché dans toutes les capitales d'Europe, interviewé quatre monarques, prédit d'imminentes complications internationales, comme il ne lui restait plus une bank-note et que, d'autre part, son journal avait à fouetter d'autres chats que de répondre à ses télégrammes désespérés, Jean-Pierre retraversa l'Occident en wagon de troisième classe et reparut visiblement affamé.

Encore vous ? lui dit le rédacteur en chef. Vous n'aviez plus d'argent ? Ce n'est pas ce que dit l'administrateur.

Qu'est-ce qu'il dit ?

Que vous avez déjà dû acheter une maison de campagne.

Deux !

Il repartit Les divers Orients virent son ombre se profiler sur leur sol. Il fut prisonnier dans Fez et toute une nuit le you-you-you des Marocaines chanta à ses oreilles la mélopée de sa mort probable.

Sur la mer Noire, alors qu'il essayait de comprendre pourquoi les Turcs qui ne valent pas cher, saignaient périodiquement les Arméniens qui ne valent pas mieux, Jean-Pierre attrapa un gracieux typhus pour le punir de se mêler de ce qui ne le regardait pas.

« Allez donc voir à Damas ce que fait l'émir Fayçal. » Il alla à Damas alors qu'on n'y allait pas. Trois longues nuits, le club arabe discuta pour savoir ce qui, politiquement, vaudrait le mieux, ou laisser ressortir le correspondant, ou, le lendemain, plaindre à grands cris l'infidèle qui s'était allé jeter de lui-même sur le poignard d'un fanatique.

Une crapule nommée Hussein venait d'être bombardée roi du Hedjaz et cela pour le seul plaisir de la généreuse Angleterre, Jean-Pierre partit à Djeddah, afin de contempler ce roi de la Mecque.

Mais les Anglais sentirent Jean-Pierre sur la mer Rouge. Et, si tout le monde ne le sait pas déjà, que chacun l'apprenne ici : il est bien préférable pour un correspondant en voyage de curiosité de rencontrer sur son chemin une tribu de scorpions que deux gentlemen de la police anglaise.

À quelque temps de là, alors que sous le prétexte d'étudier le problème égyptien, Jean-Pierre était au Caire, se chauffant dignement les côtes au soleil de février, l'Eastern Telegraph Co, qui lui en avait fait quelques autres, lui apporta un câble réfrigérant : « Allez Moscou. »

Il alla.

À découcher dans ces proportions, une étonnante maladie avait atteint Aigues-Mortes : il ne pouvait plus contempler deux jours de suite sa figure dans la glace de la même armoire. Repassant une fois par Paris, la seule vue de son appartement le plongea dans une inguérissable mélancolie. Il vendit ses meubles qui jusqu'ici lui avaient été si fidèles. Il donna congé et, pour tromper l'attente, il élut domicile à Terminus Saint-Lazare, d'où il pouvait, de sa fenêtre, voir des taxis chargés de bagages, tandis que, par la lucarne de son cabinet de toilette, entraient les chers appels des sifflets de locomotives.

Ce fut plus tard, six mois après, qu'il reçut la révélation de la détre

Dettagli

Generi Gialli Noir e Avventura » Romanzi storici , Romanzi e Letterature » Narrativa d'ambientazione storica

Editore Gilbert Terol

Formato Ebook con Adobe DRM

Pubblicato 13/10/2018

Lingua Inglese

EAN-13 1230002670577

0 recensioni dei lettori  media voto 0  su  5

Scrivi una recensione per "La Chine en folie"

La Chine en folie
 

Accedi o Registrati  per aggiungere una recensione

usa questo box per dare una valutazione all'articolo: leggi le linee guida
torna su Torna in cima