Mondadori Store

Trova Mondadori Store

Benvenuto
Accedi o registrati

lista preferiti

Per utilizzare la funzione prodotti desiderati devi accedere o registrarti

Vai al carrello
 prodotti nel carrello

Totale  articoli

0,00 € IVA Inclusa

ON NE DONNE PAS ASSEZ

Ce jour-là, Fontanet et moi, tous deux élèves de cinquième sous M. Brard, ayant quitté le collège à quatre heures et demie, au son de la cloche, selon la coutume, nous descendions la rue du Cherche-Midi, suivis de madame Tourtour, attachée à la famille Fontanet, et de Justine, que mon père avait surnommée la Catastrophe parce qu'elle déchaînait ordinairement autour d'elle les fureurs du feu, de l'air et des eaux, et que tous les objets qu'elle tenait dans ses mains lui échappaient soudain pour prendre des directions imprévues. Nous regagnions la maison paternelle et nous avions un assez long chemin à faire ensemble. Fontanet habitait au bas de la rue des Saint-Pères. C'était un soir de décembre. Il faisait déjà noir, le trottoir était humide et les becs de gaz brûlaient dans une brume rousse. La route s'égayait des mille bruits de la ville, que coupaient à chaque instant les cris aigus et les rires sonores de Justine, accrochée aux passants par les mailles de son fichu de laine ou les poches de son tablier.

On ne donne pas assez, dis-je tout à coup à Fontanet.

J'exprimai cette pensée avec l'accent d'une conviction sincère et comme le résultat de mûres réflexions. Je croyais puiser une vérité si rare dans les profondeurs de ma conscience et je la communiquais comme telle à Fontanet. Il est toutefois plus probable que je répétais une phrase que j'avais entendue ou lue quelque part. J'étais disposé, en ce temps-là, à prendre pour miennes les idées d'autrui. Je me suis corrigé depuis, et je sais maintenant combien je dois à mes semblables, aux anciens comme aux modernes, à mes concitoyens ainsi qu'aux peuples étranger, et notamment aux Grecs à qui je dois tout, à qui je voudrais devoir davantage, car ce que nous savons de raisonnable sur l'univers et l'homme nous vient d'eux. Mais ce n'est pas la question.

En m'entendant énoncer cette maxime, qu'on ne donne pas assez, Fontanet, qui était très petit pour son âge, leva obliquement vers moi sa fine tête de renard et m'interrogea des yeux. Fontanet était toujours prêt à examiner toutes les idées pour en tirer profit. L'avantage de celle-ci ne lui apparaissait pas tout d'abord : il attendait des éclaircissements.

Je repris avec une gravité plus marquée :

On ne donne pas assez !

Et je m'expliquai :

On ne fait pas suffisamment l'aumône. On a tort ; il faudrait que chacun donnât son superflu aux pauvres.

C'est possible, répondit Fontanet après quelques instants de réflexion.

Encouragé par cette seule parole, je proposai à mon cher condisciple de former tous les deux une association charitable. Je lui connaissais un caractère enteprenant, un esprit inventif, et j'étais sûr qu'à nous deux, nous ferions de grandes choses.

Après une courte discussion, nous tombâmes d'accord.

Combien as-tu d'argent à donner aux pauvres ? me demanda Fontanet.

Je répondis que j'avais quarante-neuf sous à mettre dans l'œuvre et que, si Fontanet en apportait autant, nous pourrions commencer tout de suite à faire l'aumône.

Il se trouva que Fontanet, qui était l'unique enfant d'une très riche veuve, et qui avait reçu un poney tout sellé pour ses étrennes, ne pouvait disposer que de huit sous pour le moment. Mais, comme il le fit observer justement, il n'était pas nécessaire que, dès le commencement, chacun de nous apportât la même somme. Il donnerait plus tard davantage.

À la réflexion, je m'apercevais que l'inconvénient de notre entreprise était sa facilité même. Il n'était que trop aisé de remettre nos cinquante-sept sous au premier aveugle que nous rencontrerions. Et pour ma part, s'il faut l'avouer, je ne me jugeais pas assez payé de ma générosité par le regard du caniche, assis sur son derrière, sa sébile dans la gueule. Je voulais un autre loyer de ma bienfaisance. À douze ans, j'étais un peu pharisien. Qu'on me le pardonne. Je ne me suis que trop amendé depuis.

Aya

Dettagli

Generi Romanzi e Letterature » Romanzi contemporanei

Editore Gilbert Terol

Formato Ebook con Adobe DRM

Pubblicato 11/11/2019

Lingua Francese

EAN-13 1230003558140

0 recensioni dei lettori  media voto 0  su  5

Scrivi una recensione per "La Vie en fleur"

La Vie en fleur
 

Accedi o Registrati  per aggiungere una recensione

usa questo box per dare una valutazione all'articolo: leggi le linee guida
torna su Torna in cima