Mondadori Store

Trova Mondadori Store

Benvenuto
Accedi o registrati

lista preferiti

Per utilizzare la funzione prodotti desiderati devi accedere o registrarti

Vai al carrello
 prodotti nel carrello

Totale  articoli

0,00 € IVA Inclusa

Les enfants du Marquis de Ganges

Francis Wey
pubblicato da Bruxelles Societe Belge de Librairie 1838

Prezzo online:
0,99

Quand l'homme à peine guéri de la première blessure de son cœur commence à rendre à ce monde mépris contre déceptions ; des profondeurs de la tristesse où son âme est plongée, il se ressouvient de ses joies fugitives, de ses divinités en poudre et de leurs autels renversés. A ces ruines immondes il jette encore un amer sourire, et les contemplant avec des yeux dont les larmes et les voiles sont tombés, il ne peut s'empêcher de prendre en pitié la passion origine de ses douleurs, de la trouver infime, et misérable.

Plus tard, lorsqu'une longue pratique l'a familiarisé avec les désenchantements de tout genre, au point de les lui faire accepter en observateur, sans peine comme sans surprise, ce même homme s'aperçoit que, L'AMOUR QUI EST BIEN PEU DE CHOSE, EST LA PLUS SÉRIEUSE DE TOUTES CELLES DE LA VIE.

Un heureux pourroit seul contredire cette vérité, aussi est-elle incontestable ; car il n'est personne en qui les passions n'aient laissé des cendres, personne dont elles n'aient altéré le caractère, ou modifié le sort.

Apollodore voyoit en rêve son corps écorché par les Scythes, plongé dans une chaudière bouillante ; et durant le supplice, son cœur murmuroit tout bas : « Je t'ai causé tous ces maux. »

Le songe d'Apollodore est l'histoire de l'humanité.

Il est impossible de parcourir cette longue série de crimes et de misères qui constitue les fastes de l'univers et de remonter des effets à leurs causes, sans rencontrer à tout instant l'Amour et ses flèches empoisonnées. On ne sauroit pénétrer dans ces drames à demi fabuleux, objets d'horreur et d'effroi parmi tous les peuples, sans leur trouver pour prologues des sentiments brûlants, monstrueux parfois et comprimés toujours.

Amour, crime, fatalité ; les trois actes des tragédies antiques sont enfermés dans ces mots placés dans un ordre immuable. Dès que la passion a accompli son attentat, le Destin persécute le coupable jusque dans ses derniers rejetons. Les fils de l'amant de Jocaste s'entr'égorgent ; Vénus poursuit Pasiphaë dans Phèdre et dans Ariane ; les forfaits d'Ærope retombent sur les enfants d'Atrée, et le fils d'Agamemnon échoue à laver dans le sang d'Egisthe la souillure héréditaire. Sa piété filiale, les dieux dont il est issu, ne le préserveront pas des Furies.

Dans tous les temps, il exista certaines maisons marquées de noir, livrées à l'aversion des hommes et aux vengeances divines. Mais le christianisme, dogme de liberté et de douceur, qui prescrit le châtiment par le pardon, a arraché leur bandeau aux Destinées aveugles. Leur glaive, qui frappoit toujours, s'émousse devant le repentir ; les bras de la Providence sont ouverts à tous, et la Fatalité, en permets tant à l'Espérance de se laisser entrevoir au delà des pleurs, est devenue l'EXPIATION.

Ainsi la foi s'est épurée. Cependant, le bois des idoles populaires est aussi dur que le bronze. La prédestination, croyance invincible, est enracinée dans l'homme par le côté de l'imagination et des penchants au merveilleux. D'ailleurs, en ces matières, l'erreur forme avec la vérité un alliage si compacte, l'histoire reproduit des faits si bizarres, la terreur projette sur les yeux de l'intelligence un si épais nuage, que les êtres voués à une existence silencieuse et non entrecoupée par le choc des masses ou des événements, découvriront toujours autour d'eux la marche lente et imprescriptible de la Fatalité. Tant d'incidents demeurent séparés de leurs causes, tant d'effets apparoissent sans principe visible, que les pauvres mortels, préférant un faux guide à l'isolement absolu, une colonne de ténèbres à une nuit uniforme, s'écrieront toujours : « Cela étoit écrit ! » Écrit en quel lieu, par quelle main, dans quel livre Personne ne le sait, hormis les trois larrons qui dérobèrent le livre de Mercure, au dire de l'auteur du Cymbalum mundi ; mais ils ont gardé leurs secrets..

Dettagli

Generi Gialli Noir e Avventura » Romanzi storici , Romanzi e Letterature » Narrativa d'ambientazione storica » Romanzi contemporanei

Editore Bruxelles Societe Belge De Librairie 1838

Formato Ebook con Adobe DRM

Pubblicato 08/12/2018

Lingua Francese

EAN-13 1230002983097

0 recensioni dei lettori  media voto 0  su  5

Scrivi una recensione per "Les enfants du Marquis de Ganges"

Les enfants du Marquis de Ganges
 

Accedi o Registrati  per aggiungere una recensione

usa questo box per dare una valutazione all'articolo: leggi le linee guida
torna su Torna in cima