Mondadori Store

Trova Mondadori Store

Benvenuto
Accedi o registrati

lista preferiti

Per utilizzare la funzione prodotti desiderati devi accedere o registrarti

Vai al carrello
 prodotti nel carrello

Totale  articoli

0,00 € IVA Inclusa

Éditions enrichies :

-Introduction et conclusion
-Biographie détaillée et bibliographie de l'auteur
-Contexte historique
-Notes

Extrait Solution du problème social :

CHAPITRE I.
LA RÉVOLUTION EN 1848.

  1. La révolution du 24 février est légitime, bien qu'elle ait été illégale.
  2. Le Gouvernement provisoire n'a pas compris la révolution.
    Paris, 22 mars 1848.

Un grand acte vient de s'accomplir, irrésistible, irrévocable.
Que chacun, suivant son inclination, en fasse son deuil ou s'en félicite ; mais que tous se préparent à l'imprévu : car, je vous le jure, la face du monde vient d'être changée.
Royauté, monarchie constitutionnelle, système représentatif, classe travailleuse et classe bourgeoise, et bien d'autres choses que je ne suis nullement pressé de dire, tout cela est désormais aussi loin de nous que la loi Gombette et les Capitulaires de Charlemagne. L'assemblée nationale qui va se réunir, si révolutionnaire qu'elle nous vienne, ne sera, aussi bien que la constitution qu'elle doit donner, que du provisoire. Ce n'est point avec des lambeaux de la constitution de l'an VIII, de celle de l'an III ou de l'an II, flanquées du Contrat social et de toutes les déclarations de Droits de Lafayette, de Condorcet et de Robespierre, que l'on traduira la pensée du Peuple. Notre illusion en ce moment est de croire à la possibilité d'une république dans le sens vulgaire du mot ; et c'est chose risible que de voir nos tribuns arranger leurs fauteuils pour l'éternité. La dernière révolution contient autre chose : sans cela il faudrait dire qu'elle s'est accomplie par hasard, qu'elle est un accident sans cause et sans racines, en un mot, qu'elle est absurde ; Telle est aussi l'idée, tel est le doute qui, dans le secret des consciences, tourmente la nation, ceux qui occupent le pouvoir, aussi bien que ceux qui viennent de le perdre.
Tous les hommes qui, hier, s'attachaient à l'une des formes politiques maintenant disparues, conservateurs, dynastiques, légitimistes, et plus d'un même parmi les radicaux, également déroutés, regardent avec inquiétude cette République qui renaît, sous un étendard nouveau, un demi-siècle après ses funérailles. Depuis quand, se disent-ils, est-ce que les morts ressuscitent ? L'histoire rétrograde-t-elle ? tourne-t-elle ? se recommence-t-elle ? La société a-t-elle ses époques palingénésiques, et le progrès ne serait-il qu'une série de restaurations ?... Puis, passant rapidement du doute au désespoir : Voyez, ajoutent-ils, cette révolution faite SANS IDÉE ! ce drame renouvelé moitié de 89, moitié de 93, appris dans des romans, répété dans des tabagies, puis joué sur la place publique par des hommes qui ne savent seulement pas que ce qu'ils viennent de détruire a été la fin de ce qu'ils commencent ! D'où vient-elle, cette révolution ? Elle n'en sait rien. Où va-t-elle ? Elle l'ignore. Qui est-elle ? Elle hésite sur son propre nom, tant elle-même se connaît peu, tant son apparition est factice, tant ce mot de République semble un solécisme dans notre langue.
Le premier jour, c'est le renversement du ministère.
Le second jour, c'est la chute de l'opposition.
Le troisième jour, c'est l'abdication de Louis-Philippe.
Le quatrième jour, c'est le suffrage universel.
Le cinquième jour, c'est l'organisation du travail.
Le sixième, le septième jour, ce sera la communauté et le phalanstère !...
Oh ! Le Gouvernement l'avait prédit : nous étions tous aveugles, nous sommes tous dupes. La République, dont personne ne voulait, a surgi de nos querelles, traînant à sa suite des saturnales inconnues. Entendez-vous les cris des Icariens, les cantiques de Châtel, et ce bruit confus, horrible, de toutes les sectes ? Avez-vous vu ces hommes à visages sinistres, pleins du vin de la liste civile, faire des rondes à minuit, avec des chiffonnières nues, dans la demeure royale ? Avez-vous compté les cadavres de ces cent trente héro

Dettagli

Generi Politica e Società » Politica e Istituzioni » Democrazia » Sociologia e Antropologia » Antropologia: Opere generali

Editore Troisième Œil

Formato Ebook con Adobe DRM

Pubblicato 29/11/2017

Lingua Francese

EAN-13 1230002024165

0 recensioni dei lettori  media voto 0  su  5

Scrivi una recensione per "Solution du problème social"

Solution du problème social
 

Accedi o Registrati  per aggiungere una recensione

usa questo box per dare una valutazione all'articolo: leggi le linee guida
torna su Torna in cima