Mondadori Store

Trova Mondadori Store

Benvenuto
Accedi o registrati

lista preferiti

Per utilizzare la funzione prodotti desiderati devi accedere o registrarti

Vai al carrello
 prodotti nel carrello

Totale  articoli

0,00 € IVA Inclusa

PREMIERS PAS

J'ai deux petites patries, ce qui eût été excellent pour le candidat à la députation que, par tempérament, je n'ai jamais été : Montmagny et Beauharnois.

Je suis né à Montmagny, dans un décor splendide dont je n'ai rete-nu que le désir constant de le revoir. Enfant, je suis allé à Beauharnois, paisible et doux ; mais je n'en ai d'autre souvenir que celui d'une pi-qûre de guêpe dans un potager.

Beaucoup plus tard, je suis revenu vers ce pays de mes ancêtres as-sister au centenaire de la paroisse et retrouver le toit paternel qu'un oncle gouailleur me désigna avec étonnement comme si j'étais venu troubler son rêve. Puis, tout seul, pour me pénétrer de l'atmosphère, je me suis dirigé vers le cimetière de Saint-Timothée que mon père a évoqué avec intensité, depuis les bières rugueuses des pionniers jusqu'aux cercueils cossus des paysans installés.

De ma petite enfance à Montréal, il ne me reste guère de souve-nirs. J'entends un moulin à scie. Je me perds avec un camarade vers le chemin Papineau.

La ville était peu étendue, mais elle allait faire un bond formidable à la suite du boom de l'immeuble. Elle s'arrêtait à des limites que l'on décèle encore aujourd'hui, si on y prend garde, et qui sont marquées, ici par des maisons de pierre qui furent opulentes, ailleurs par des de-meures en bois ou en brique d'un caractère plus simple, car des quar-tiers abritaient une bourgeoisie prospère, d'autres une vie modeste.

Le milieu où j'évoluais était plutôt commercial. Ma famille habitait rue Saint-Laurent. Notre rayon n'était pas très étendu. Nos courses se bornaient surtout à un quadrilatère formé par les rues Saint-Laurent et Saint-Dominique, Lagauchetière et Craig. J'ai vécu là des heures insou-ciantes, avec de rares échappées : une vie d'enfant attiré par les reflets de la rue et les menus événements de chaque jour.

Quand vint le moment laborieux de l'école, je fréquentai le Jardin de l'enfance de la rue Fullum. Je revois, dominant une cour, une longue galerie où nous jouions, vêtus du costume qui distingue les élèves de la Providence.

Nous prenions les rangs sous l'impulsion brève d'un claquoir et, au commandement de « position », nous nous raidissions, mains aux hanches et les deux pouces se rejoignant sur nos reins cambrés. Des noms flottent sur des images brisées : Sœur Orner, Sœur Nicolas

Je ne restai pas longtemps dans ce milieu dont je fus éloigné par une maladie du jeune âge. Juste le temps de connaître quelques cama-rades qui me rappellent encore aujourd'hui cette époque de ma vie.

Pour suppléer à l'école, on me confia à l'un de mes frères qui tenta de m'entrer dans la tête des rudiments de grammaire. Ce fut épique. Les frères aînés, il faut le dire, ne sont pas toujours commodes quoique le mien fût infiniment bon ; mais ce n'était pas son affaire de décrasser l'être réfractaire que j'étais. Excédé, il soupirait : « On ne fera jamais rien de cet enfant-là. »

Préparé tant bien que mal, j'aboutis au collège.

Comme j'ai eu deux petites patries, j'ai connu deux collèges : le Collège Sainte-Marie et le Collège de Montréal, ce qui m'a rattaché doublement dans la vie.

Quand je retourne au Gesu, je reconnais les vieux corridors, la salle de récréation et l'église, qui n'ont pas changé ou guère, non plus que le parfum de vétusté ni la patine antique.

J'étais l'élève le plus jeune et, selon la tradition, cela me valut, le jour des Saints-Innocents, une pleine assiette de bouillie : je l'enlevai à Louis Hurtubise, qui me l'a reproché toute sa vie. Ce n'est pas un trait bien particulier que de rappeler combien nous étions espiègles mais, aussi, respectueux des aînés qui faisaient, pour nous, la gloire du col-lège.

Mon séjour chez les Jésuites fut aussi bref qu'à l'école primaire. Je ne sais plus pourquoi, une maladie peut-être ou l'idée d'un climat plus salubre on me dirigea vers le Collège de Montréal où j

Dettagli

Generi Gialli Noir e Avventura » Romanzi storici , Romanzi e Letterature » Narrativa d'ambientazione storica

Editore Gilbert Terol

Formato Ebook con Adobe DRM

Pubblicato 11/11/2019

Lingua Francese

EAN-13 1230003556092

0 recensioni dei lettori  media voto 0  su  5

Scrivi una recensione per "Souvenirs Tome I"

Souvenirs Tome I
 

Accedi o Registrati  per aggiungere una recensione

usa questo box per dare una valutazione all'articolo: leggi le linee guida
torna su Torna in cima