Mondadori Store

Trova Mondadori Store

Benvenuto
Accedi o registrati

lista preferiti

Per utilizzare la funzione prodotti desiderati devi accedere o registrarti

Vai al carrello
 prodotti nel carrello

Totale  articoli

0,00 € IVA Inclusa

Tome II

Trompée sur l'efficacité de ses mesures réglementaires, et désespérant de trouver au dedans de soi une compensation au prolétariat, la société va lui chercher au dehors des garanties. Tel est le mouvement dialectique qui amène, dans l'évolution sociale, la phase du commerce extérieur, laquelle se formule aussitôt en deux théories contradictoires, la liberté absolue et l'interdiction, et se résout dans la célèbre formule, appelée balance du commerce. Nous examinerons successivement chacun de ces points de vue.

Rien de plus légitime que la pensée du commerce extérieur, qui, en augmentant le débouché, par conséquent le travail, par conséquent aussi le salaire, doit donner au peuple un supplément de l'impôt, si vainement, si malheureusement imaginé pour lui. Ce que le travail n'a pu obtenir du monopole au moyen de taxes et à titre de revendication, il le tirera d'ailleurs par le commerce ; et l'échange des produits, organisé de peuple à peuple, procurera un adoucissement à la misère.

Mais le monopole, comme s'il avait à se faire dédommager de charges qu'il devait supporter, et qu'en réalité il ne supporte pas, le monopole s'oppose, au nom et dans l'intérêt du travail même, à la liberté des échanges, et réclame le privilège du marché national. D'un côté donc, la société tend à dompter le monopole par l'impôt, la police et la liberté du commerce : de l'autre le monopole réagit contre la tendance sociale et parvient presque toujours à l'annuler, par la proportionnalité des contributions, par la libre discussion du salaire, et par la douane.

De toutes les questions économiques, aucune n'a été plus vivement controversée que celle du principe protecteur ; aucune ne fait mieux ressortir l'esprit toujours exclusif de l'école économiste, qui, dérogeant sur ce point à ses habitudes conservatrices, et faisant tout à coup volte-face, s'est résolument déclarée contre la balance du commerce. Tandis que partout ailleurs les économistes, gardiens vigilants de tous les monopoles et de la propriété, se tiennent sur la défensive et se bornent à écarter comme utopiques les prétentions des novateurs ; sur la question prohibitive ils ont eux-mêmes commencé l'attaque ; ils ont crié haro sur le monopole, comme si le monopole leur fût apparu pour la première fois ; et ils ont rompu en visière à la tradition, aux intérêts locaux, aux principes conservateurs, à la politique leur souveraine, et pour tout dire, au sens commun. Il est vrai que malgré leurs anathèmes et leurs démonstrations prétendues le système prohibitif est aussi vivace aujourd'hui, malgré l'agitation anglo-française, qu'aux temps abhorrés de Colbert et de Philippe II. A cet égard, on peut dire que les déclamations de la secte, comme on nommait l'école économiste il va un siècle, prouvent à chaque mot le contraire de ce qu'elles avancent, et sont accueillies avec la même méfiance que les prédications des communistes.

J'ai donc à prouver, conformément à la marche adoptée dans cet ouvrage, d'abord contre les partisans du système prohibitif, que la liberté du commerce est de nécessité économique, aussi bien que de nécessité naturelle ; en second lieu contre les économistes anti-protecteurs, que cette même liberté, qu'ils regardent comme la destruction du monopole, est au contraire la dernière main donnée à l'édification de tous les monopoles, la consolidation de la féodalité mercantile, la solidarité de toutes les tyrannies comme de toutes les misères. Je terminerai par la solution théorique de cette antinomie, solution connue dans tous les siècles, sous le nom de balance du commerce.

Les arguments qu'on fait valoir en faveur de la liberté absolue du commerce sont connus : je les accepte dans toute leur teneur ; il me suffira donc de les rappeler en quelques pages. Laissons parler les économistes eux-mêmes.

« Supposez les douanes inconnues, que se serait-il passé ?

» D'abord, on avait une infinité de guerres sanglantes de moins

Dettagli

Generi Economia Diritto e Lavoro » Economia » Economia, altri titoli » Economia del lavoro, occupazione e disoccupazione

Editore Gilbert Terol

Formato Ebook con Adobe DRM

Pubblicato 09/12/2018

Lingua Francese

EAN-13 1230002984155

0 recensioni dei lettori  media voto 0  su  5

Scrivi una recensione per "Système des contradictions économiques"

Système des contradictions économiques
 

Accedi o Registrati  per aggiungere una recensione

usa questo box per dare una valutazione all'articolo: leggi le linee guida
torna su Torna in cima